Décadence et spontanéité, la fin espiègle de l’ère Noël Le Graët

Les temps sont durs pour les rois. Si Elizabeth II peut enfin reposer en paix après onze jours de festivités fastueuses, le royaume souverain FFF de Noël Le Graët est embourbé dans une tempête de 10 sur l’échelle de Beaufort. La dernière rafale de vent, l’attaque de Kylian Mbappe sur le terrain des droits à l’image, a été causée par une erreur de notation par NLG. Ce dernier a jugé bon de gonfler sa poitrine en colonnes l’équipesoulignant lundi que l’accord entre la Fédération française de football et les Bleus, pourtant à l’aube de la dispute du printemps, ne “changera pas avant la Coupe du monde”.

Bouleversé, l’attaquant du Paris Saint-Germain a répondu en annonçant le boycott d’une opération marketing. Le syndicat se retirerait dans un communiqué de presse rédigé à la hâte, sans mot, le genre de chose affolée, tandis que Le Graët devait retourner à Clairefontaine pour éteindre temporairement l’incendie. Cela sonne comme un désaveu de ce dernier : L’Equipe révélait mercredi matin que la plus haute instance du football français avait agi sous la pression du ministère des Sports après des négociations entre Amélie Odea Castera et Philippe Diallo, vice-président de la Fédération Fédération.

Une autre pierre du jardin teinté du Graët, installée début septembre dans une enquête de magazine SoFoot Particulièrement lorsqu’il s’agit d’une question de harcèlement sexuel, les messages granuleux et autres poids agaçants suffisent à 3F pour décider d’attaquer le mois pour diffamation.

Lourdeur et spontanéité

Dans la constellation de personnes assez proches de la star, alliés comme opposants, on n’est guère surpris par ces accusations, qui ont d’ailleurs filtré à travers de nombreux médias. “On le sait depuis des années”, confie un opposant historique, tandis qu’un ancien ami proche de Le Graët “n’a absolument aucun doute que de telles lettres auraient pu venir de lui. Un avis partagé par plusieurs collaborateurs qui ont travaillé avec le syndicat, même si certains veulent être plus précis.

Autant je n’ai aucun doute qu’il aurait pu inviter des collaborateurs à dîner. Je suis impressionné, ce n’est pas dans l’air du temps et il aurait mieux valu s’abstenir. D’autant qu’un SMS a été révélé, je suis assez étonné, Je ne le vois pas faire de telles bêtises dans Write. Christmas, s’il utilise quatre mots par texte, c’est déjà la limite, donc une grosse déclaration enflammée avec des jurons…”

Au lieu d’analyser les doigts mouillés, nous préférons l’examen mené par le ministère des Sports : comme révélé l’équipeDes inspecteurs de l’Inspection générale de l’éducation, des sports et de la recherche (IGESR) ont été mandatés par Amélie Oudéa-Castéra pour profiter de la fourmilière. Ou gagnez du temps à l’approche de la Coupe du monde 2022, ce qui pourrait vous faire oublier le spectacle des Champions.

Et cela, même si l’AOC n’a que très peu goûté en privé au je-m’en-fichisme de Le Graët en annonçant la rencontre au ministère vendredi dernier. Généralement avec une tête 3F. “La Fédération et le football en général, ils se considèrent au-dessus des lois, raille le connaisseur. Il faut voir avec légèreté que Noël Le Graet a répondu à l’appel du ministre des Sports.”

Négativité intérieure face aux multiples révélations

Au fond, ce n’est pas l’extension du Ministère dont on comprend presque autant le manque de courage que la négativité des organes internes de la FFF à révéler des révélations remontant à de nombreux mois, et plusieurs années, qui interroge. Dans les médias norvégiens JosémarLe journaliste Roman Molina a protesté contre la passivité du syndicat dans un certain nombre d’affaires d’agressions sexuelles, mais cela a été signalé au sommet de la pyramide. Il y a deux ans, Roman Molina mentionnait la même chose dans Le New York Times Climat défavorable (harcèlement moral, stress quotidien) au siège, révélations qui ont conduit à un premier audit. L’examen minutieux que Le Graët s’est bien gardé de dévoiler à la Comex. sur l’affaire tellement fuR, observateur avisé des affaires de la Fédération, confirme la destitution de « l’instance suprême du football, qui est censée être l’autorité morale et le conseil exécutif de surveillance de la fédération. De toute façon, c’était avant que Le Graët puisse la mettre à l’écart, elle ne faisait plus rien. D’ailleurs les hommes, quand ils se rencontrent, ils n’ont pas d’agenda, pas de dossier, rien. »

Sans doute l’un des derniers vestiges de l’époque où NLG posait ses pions. Aujourd’hui, elle paie les conséquences de ses actes, à commencer par les pleins pouvoirs accordés à sa directrice générale, Florence Hardwin, avec qui les relations sont désormais tendues. Celui-ci dirigerait à peu près tout tandis que le président, affaibli par une leucémie juste avant la Coupe du monde 2018, surveille les affaires de loin depuis la Bretagne.

Le Graët contre Hardouin, Château de cartes

On lui a parlé à plusieurs reprises de l’écart parfois dur entre NLG et le reste de la délégation tricolore à Istra. Et donc l’entraîneur s’est trouvé très énervé lorsqu’il s’est rendu compte que personne n’avait pensé à lui réserver sa place le soir de la victoire finale contre la Croatie. En attendant, Florence Hardouin en a profité pour se rapprocher de Didier Deschamps et du groupe. Statut digne de confiance présent en Russie. “Le tournant, c’est vers 2018. D’un côté, on a un président patient, un directeur général qui prend les choses en main, ce qui n’est pas choquant. Pourtant, il a commencé à développer son propre business avec l’équipe de France et des alliances internes pour consolider son business.” Du coup, il file. Depuis, il se sert de Noel de tout ce qu’il trouve pour l’affaiblir. Compliment qu’Hardouin n’a pas hésité à lui rendre. La même source révèle qu’elle “raconte publiquement des choses haineuses sur NLG, comme ainsi que son succès à trouver des soutiens au sein du Comex pour l’agacer.” »

Mais détesté par certains dirigeants de fédération qui s’étaient fendus d’une lettre de méfiance à son égard fin 2019. Hardouin a su retourner le mécontentement de quelques chefs de clubs professionnels envers la présidence en sa faveur après la crise du Covid, dans le but de le faire hésiter. Noël Le Graët est au crépuscule de son règne, mais il s’accroche aux derniers brins : son palmarès sportif 2016-2020 et son bilan économique.

“Une soif de pouvoir”, une raison de vivre

Malgré le plan social et le budget 2021 déficitaire, la fédération peut compter sur le contrat en or avec Nike qui court jusqu’en 2026 (50 millions d’euros annuels). “Si ma santé reste stable, si je vais bien”, lui a-t-il dit l’équipeIl n’y a absolument aucune raison pour que j’arrête. « Une soif de pouvoir attriste ses amis d’hier, ceux qui ne voient plus en lui l’homme désireux de reprendre le football français, selon Knysna, mais celui qui cherche à conserver son siège malgré le bon sens. Dans le football, il « jette même son des supporters fidèles en déséquilibre. » Le jour où il n’est plus président de la fédération, il meurt le lendemain. C’est sa vie, et il s’en tient à cela. “Il a un sujet, alors.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Retraites : financement, âge de la retraite, handicaps… Tout comprendre sur la réforme que Macron a poussé
Next post Ce nouveau SUV hybride est le cousin germain du Renault Captur