Le prince Laurent n’a pas voulu être excusé pour les obsèques d’Elizabeth II : “C’est scandaleux ! C’est surréaliste !”

Le 19 septembre 2022, les chefs d’État du monde entier se sont réunis à Londres pour les funérailles de la reine Elizabeth II. Des politiciens, des dignitaires étrangers et même des membres éloignés de la famille royale britannique étaient présents à l’abbaye de Westminster. Le prince Laurent de Belgique, frère du roi Philippe, est véhément sur ses restrictions de voyage et est dégoûté de l’organisation des funérailles.

Lire aussi : L’empereur du Japon aux funérailles de la reine Elizabeth II

Le prince Laurent critique Les soi-disant parents ou adorateurs Reine Elizabeth II

L’organisation des obsèques de la reine Elizabeth II a été un véritable désagrément diplomatique. La consigne générale était d’accueillir le chef de chaque pays du monde, qui pouvait être accompagné d’une personne, souvent un mari ou une femme. Les pays du Commonwealth ont envoyé leur Premier ministre, ainsi que le gouverneur général, les accompagnant parfois. Parmi les monarques, on peut également voir quelques exceptions, comme la famille royale grecque. La reine Anne-Marie était accompagnée de son fils aîné, le prince héritier Paul, accompagné de son épouse, la princesse héritière Marie-Chantal.

En Espagne, les anciens monarques le roi Felip VI et la reine Letizia étaient accompagnés du roi Juan Carlos et de la reine Sofia. La flexibilité vis-à-vis des invités royaux est soumise à des dérogations accordées en raison de la proximité entre les familles royales. Certaines des anciennes familles royales, notamment des Balkans, étaient représentées aux côtés des familles royales régnantes.

Le roi Philippe et la reine Mathilde, au troisième rang, à côté du grand-duc Henri de Luxembourg, cousin de Philippe et Laurent Ier, à l’abbaye de Westminster, le 19 septembre 2022 (Image : Capture vidéo)

Du côté belge, le roi Philippe et la reine Mathilde représentaient le royaume. Le roi Albert II et la reine Paula, les anciens rois belges n’ont pas fait le déplacement. Nous ne savons pas s’ils ont reçu une invitation, mais il est possible qu’on leur ait proposé d’y assister. Aux Pays-Bas, l’ex-souveraine Beatrix a fait le déplacement, tout comme les souverains honoraires d’Espagne. Le roi Albert II a du mal à se déplacer, ce qui explique certainement son absence.

Le prince Laurent de Belgique a répondu en DH au sujet de l’organisation de ces obsèques. ” Il y a beaucoup de gens indescriptibles qui y vont… Je n’ai rien à voir avec eux, je n’appartiens tout simplement pas. Beaucoup de gens avaient plus de légitimité que tous ces soi-disant parents ou fidèles. En plus, j’ai pas besoin d’enterrement pour voir des gens “.

À lire aussi : Sultans aux funérailles de la reine Elizabeth II

Le prince Laurent aurait dû demander au gouvernement belge l’autorisation d’assister aux funérailles

Le frère du roi des Belges s’offusque de ceux qui ont poussé des coudes pour s’y rendre mais aussi des restrictions de déplacement qui l’auraient empêché d’y aller de toute façon s’il y avait été invité. Dans la loi de 2013, qui encadre un ensemble de règles que les membres de la famille royale qui bénéficient de la dotation doivent respecter, il y a des consignes de bonne conduite. Au chapitre quatre, le Code de bonne conduite stipule que les voyages à l’étranger doivent être signalés et approuvés par le ministère des Affaires étrangères, sous peine de retrait de la dotation royale. La règle diffère selon que le voyage a lieu à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Union européenne et selon la nature du séjour.

Le prince Laurent en profite pour dénoncer les restrictions de voyage (Image : Abacapress)

Lisez aussi: King Letsie III: le seul roi africain à assister aux funérailles de la reine Elizabeth II

Les voyages privés au sein de l’Union européenne sont autorisés sans restriction. En revanche, tout déplacement à l’étranger, “qui peut avoir une signification politique, notamment si elle implique des contacts avec les hautes autorités de l’Etat concerné”Le ministère des Affaires étrangères doit être informé, même si le voyage a lieu à l’intérieur de l’Union européenne.

Si le voyage est prévu en dehors de l’UE (c’est le cas du Royaume-Uni ou de la Suisse par exemple), une demande doit être introduite, que le voyage Qu’elle soit publique ou privée. Le gouvernement se donne 8 jours pour répondre. ” On parle de démocratie et je ne peux pas aller voir ma famille sans autorisation, c’est scandaleux. Je n’ai donc pas demandé de dérogation. « Le prince Laurent s’indigne.

Je trouve ça surréaliste. Si je dois aller voir le cousin du chef de l’Etat, je dois aussi demander la permission. Même chose quand je vais voir mon cousin germain au Luxembourg ou ma marraine qui habite à Lausanne. Je dois commander un deal pour aller en Suisse, c’est fou ! La marraine du prince Laurent est Sophie de Bavière, fille du prince héritier Ruprecht de Bavière et de la princesse Antonia de Luxembourg. Sophie de Bavière épouse le 12e duc d’Arenberg. Ils vivent en Suisse, et sont donc en dehors de l’Union européenne. Le cousin germain du prince Laurent est Henri, grand-duc de Luxembourg. En tant que chef de l’Etat, le prince Laurent ne peut pas le rencontrer dans son propre pays, même s’il s’agit d’un voyage privé et même si le Luxembourg est déjà dans l’UE.

image de symbole

Nicolas Fontaine

Éditeur

Nicolas Fontaine travaille comme rédacteur web indépendant depuis 2014. Ayant été auteur et auteur de plusieurs médias et marques belges et français, il s’est spécialisé dans Royal News. Nicolas est aujourd’hui rédacteur en chef des Histoires royales. nicolas@historiesroyales.fr


Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Charles III : Qui était Lady Del Elizabeth Tryon, sa maîtresse suicidaire qui a raté sa mort ?
Next post Xbox Game Pass : De nouvelles fonctionnalités dévoilées pour fin septembre 2022, avec de nombreux jeux le premier jour