Les eurodéputés autorisent l’utilisation du gaz et du charbon dans la production d’hydrogène “vert”

vaste opération lavage vert Ou un coup de pouce nécessaire au secteur ? Mercredi, les eurodéputés ont considérablement assoupli les règles de certification de l’hydrogène ” couleur verte “Ce vecteur énergétique est essentiel pour décarboner l’industrie et la mobilité. DocteurDans le cadre de la reformulation de la directive sur les énergies renouvelables, cIls ont déjà, à la majorité de trois voix, adopté un amendement controversé Présenté par l’Allemand Markus Bieber (CDU).

Mais le nouveau texte pourrait augmenter la production d’électricité à partir de charbon ou de gaz fossile, plutôt que de permettre à l’Europe de se débarrasser des hydrocarbures. ” Le Parlement est allé un peu trop loin en ouvrant les portes et en supprimant les garanties ‘, on s’est même glissé dans France Hydrogène, qui regroupe les acteurs de la filière française.

démantèlement de la production d’électricité

En fait, la modification en question permettrait de coller l’étiquette “renouvelable” (ou “verte”) sur l’hydrogène même s’il était produit à partir d’électricité à partir de charbon ou de gaz dans un électrolyseur (décomposition de l’eau en hydrogène via un courant électrique) . Condition : Garantie d’achat d’une quantité équivalente d’électrons d’origine renouvelable. Dans le même pays ou dans un pays voisin Au cours des trois derniers mois. Autrement dit, jusqu’en 2030 au moins, les opérateurs d’électrolyse n’auront pas et pourront se soucier de l’équilibre offre/demande à l’instant T, ni de l’interruption physique de l’éolien ou du solaire, ni de l’état réel des interfaces. Pour tirer les kilowattheures dont ils ont besoin du réseau sans interruption.

Imaginons que nous soyons fin novembre, lors du pic de consommation d’électricité. Si l’électricité produite est extraite du gaz ou du charbon [puisque les sources renouvelables ne suffisent pas à satisfaire la demande cette période, Ndlr] Afin de produire de l’hydrogène, je peux donc confirmer qu’il est “vert” car j’achèterai quelque part en Andalousie, par exemple, une production équivalente réalisée en septembre, par une journée ensoleillée, lorsque la consommation est faible et que les énergies renouvelables fonctionnent à plein capacité », explique un intervenant pour La Tribune.

Cependant, ce processus promet une amplification un peu plus poussée de la demande, à laquelle l’offre doit sans cesse s’adapter : il faut donc faire appel à de nouveaux moyens de production sur le réseau, c’est-à-dire en période de pointe. Cela n’a pas fonctionné sans cette pression supplémentaire. De plus, ce qui fait monter les prix et exacerbe le risque de coupures en période de crise de l’offre.

Parallèlement, l’hydrogène généré sera classé “vert”, et pourra respecter les quotas obligatoires également votés mercredi par les eurodéputés : d’ici 2030, 50% de l’hydrogène consommé dans l’industrie devra être renouvelable, puis 70% en 2035.

pression de l’industrie

Jusque-là, les conditions fixées étaient strictes. Selon une loi mandatée par la Commission européenne, l’hydrogène ne devrait être classé comme “durable” que s’il peut être démontré qu’il est “équilibré” par des sources renouvelables qui ont été produites exactement à la même heure et dans la même zone d’appel d’offres que l’électrolyseur. .

D’autre part, Les fonderies devaient prouver qu’elles obtenaient leur électricité d’installations renouvelables non subventionnées par l’État. L’objectif : se connecter au réseau uniquement lorsque l’électricité est abondante et que les prix sont bas, afin que les électrons nécessaires à d’autres applications ne soient pas retirés du marché de l’électricité. Le reste du temps, ces opérateurs devaient s’appuyer sur leur propre outil de production, c’est-à-dire de nouveaux parcs solaires ou éoliens connectés directement à l’électrolyseur – même lorsqu’ils ne produisaient rien à cause de la météo.

Mais voilà : l’hydrogène étant moins cher à produire lorsque l’approvisionnement en électricité est continu, l’industrie s’est livrée à une bataille pour briser ces verrous. Pendant trois ans, la loi déléguée a été retardée à plusieurs reprises sous la pression de l’industrie. Face à ces obstacles, la commission a également proposé de les atténuer, en reconnaissant que la quantité équivalente d’énergie renouvelable pourrait être produite dans le même mois, avant qu’elle ne puisse être produite à temps en 2030. », explique-t-on dans France Hydrogène.

Cependant, cela ne suffisait pas. Il y a quelques jours, le directeur général de l’Hydrogène en Europe, Jorgo Chatzimarkakis, a envoyé une lettre à la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, pour dénoncer les règles ” Disproportionné “.

[Celles-ci] L’hydrogène renouvelable rendra l’Europe insuffisante pour les besoins de l’industrie et non compétitive [son homologue] non européen écrit notamment.

Avant d’avertir des risques de fuites vers le marché américain, les Etats-Unis ont décidé d’accorder un crédit d’impôt historique de 3 dollars par kilogramme pour l’hydrogène, qu’il soit d’origine renouvelable ou non.

commencer des expériences

L’Europe de l’hydrogène aura donc gain de cause au Parlement. ” C’est un jour historique […] La création d’un cadre plus simple est un signal fort des institutions de l’UE pour assurer l’expansion de l’économie de l’hydrogène ‘, dans le sillage de Jorgo Chatzimarkakis.

Il n’empêche que le texte n’est pas encore finalisé : s’ouvre désormais la phase des trilogues, lorsque la Commission, le Conseil et le Parlement devront se rendre pour négocier la version qui à sera entici et biéen quelques mois. Un équilibre doit être trouvé entre la loi déléguée et l’amendement adopté par les députés. En d’autres termes, ne placez pas trop de contraintes sur les porteurs de projet, mais ne laissez pas non plus la porte ouverte à quoi que ce soit concernant la source d’électricité. ‘ », déclare Philippe Buckley, président de France Hydrogène.

Reste à savoir si l’exécutif bruxellois et les États membres exigeront le retour de règles plus strictes, malgré les demandes pressantes du secteur.

Le Parlement abroge les règles sur les importations d’hydrogène malgré les risques de concurrence déloyale

Le texte voté mercredi par le Parlement européen a conduit à un conflit important : bien qu’ils aient contourné les règles strictes fixées par la commission de l’hydrogène renouvelable, les eurodéputés n’ont pas réussi à s’entendre sur les exigences à respecter. célèbre molécule.

En fait, le sujet a été traité par deux modifications différentes : la n°13, introduite par Marcus Bieber, qui définit un cadre plus souple pour l’hydrogène domestique, et la n°14, qui fixe le même cadre mais pour les importations d’hydrogène. ” La gauche a voté contre les deux et la droite pour les deux. Mais finalement, le n° 13 a été adopté et le n° 14 a été rejeté par quelques voix. », identifie Maxime Sagot, responsable des relations institutionnelles chez France Hydrogène.

Ainsi, alors que les règles de production d’hydrogène en Europe ont été assouplies, elles ont tout simplement disparu pour les importations ! ” Le résultat paradoxal et absurde est que la majorité conservatrice a assoupli les règles de production de l’UE, et la majorité progressiste a aboli ces nouvelles règles d’importation. explique Maxime Sagot. L’Allemagne a de quoi se réjouir, tant ses espoirs reposent sur l’importation d’hydrogène à bas prix dans le futur… Reste que la Commission et le Conseil doivent redresser la situation lors du Triumvirat. ” Nous serons absolument têtus dans des conditions égales pour tous Le président français Philippe Buckley met en garde contre l’hydrogène.