Vrai ou faux. Le système d’indemnisation alimente-t-il le chômage, affirme Fabien Roussel ?

La sortie a bouleversé certains membres Nupes. Le 9 septembre, en pleine Journée de l’Humanité, Fabien Roussel a fait une bosse qui a scandalisé nombre de ses alliés au sein de l’Alliance : “La gauche doit défendre le travail et non le droit aux indemnités et prestations sociales.” lettre de jugement semi rétrograde sur franceinfo le 11/09 par Marin Tondelier, conseiller régional EELV dans les Hauts-de-France, qui soupçonne le secrétaire national du Parti communiste français d’utiliser “stratégie [pour] choc psychologique [et] parler de ça”.

Le même jour, Fabian Roussel enfonce le clou et développe sa réflexion sur TF1 : “Je veux en finir avec un système qui aujourd’hui alimente le chômage par les allocations chômage (…) Il faut permettre à chacun de vivre de son travail, car c’est un travail qui redonne sa dignité.” Le dirigeant communiste a-t-il le droit de criminaliser le système d’assurance-chômage en cas de travail ?

Fabian Russell reprend une idée qu’il défendait à droite selonL’assurance-chômage peut favoriser le chômage en encourageant une certaine forme de fraude publicitaire à la recherche d’emploi. une “danger moral”explique Bruno Coquet, expert du marché du travail affilié à l’OFCE. Mais au lieu d’accepter un poste proposé par Pôle emploi “selon son talent” et son Exigences salarialesSelon cette idée, le chômeur peut être tenté de refuser pour continuer à percevoir ses primes sans travailler.

“La France est un pays où il y a peu d’aléas moraux”Bruno Coquet rassure. Selon Éric Heyer, Directeur du service d’analyse et de prévision de l’OFCE, environ 8 % des chômeurs ne jouent pas le jeu. Selon une note de Pôle emploi publiée en 2018, la fraude, tous motifs confondus, ne représentait que 0,5 % du montant total versé en allocations chômage en 2016. “La grande majorité des chômeurs veulent travailler”je signale Cathel Corning, sociologue et membre associée du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (Lest). “Ils cherchent du travail, ils ne veulent pas [juste] Ne fonctionne pas à n’importe quel prix.

L’assurance-chômage aussi critiquée “Parce que ça va prolonger le chômage.”Bruno Coquet poursuit. Mais “il est [précisément] L’objectif donné par les économistes [ce système] : Regarder La possibilité pour le chômeur de maintenir sa consommation jusqu’à ce qu’il trouve un emploi correspondant à ses compétencesréponses d’experts. Un quinquagénaire qui travaillait chez Airbus et qui a perdu son emploi demain matin n’ira pas travailler dans une brasserie.Une reconversion non planifiée peut entraîner une perte de compétences et d’investissement dans la formation.

Il semble également que le niveau d’attribution n’ait d’effet que “faibleConcernant la durée du chômage, selon un article paru dans Journal d’économie politique Publié en 2006. Dans France, “une Prolongation des droits pour un moisCela ne durera que quatre ou cinq jours. de l’inactivité, confirmé Bruno Coquette. La fourchette qui correspond à la moyenne observée à l’étranger, selon une étude deRevue annuelle de l’économieEt le Reconsidérer universitaire américain.

L’impact négatif de l’assurance chômage sur l’emploi est fortement atténué puisque seulement 40% des chômeurs sont indemnisés, “C’est moins d’un sur deux”, Souvenez-vous de Cathel Corning. En fin de droits, ou ne travaillant pas assez d’heures, la majorité des chômeurs n’ont pas droit à une indemnisation. Parmi les récipiendaires, « Travail à moitié en faible activité : ce sont les demandeurs d’emploi qui vont rester inscrits à Pôle Emploi, travailler pendant trois mois, et retourner au chômage ».

En revanche, une forte baisse des bénéfices peut entraîner des effets néfastes, prévient Laura Khoury, chercheuse à la Norwegian School of Economics, à Bergen, en Norvège.

“Si les travailleurs sont incités à chercher du travail à tout prix et à passer à des emplois qui ne correspondent pas à leurs qualifications ou sont de qualité inférieure, cela créera probablement des emplois à faible productivité, ce qui nuira à l’économie.”

Laura Khoury, économiste

à franceinfo

Il y a 2,3 millions de chômeurs [d’après l’Insee] Et le 355 000 emplois vacants au deuxième trimestre [selon la Dares]“, Clément Pribun, chercheur au Centre d’études sur l’emploi et le travail – KNAM, se souvient. Alors “Si les allocations de chômage sont réduites exclusivement pour encourager les chômeurs à chercher du travail et que le nombre de postes vacants, dans tous les cas, est limité, le résultat ne sera pas la disparition complète du chômage.” Cela conduira à “Une légère baisse du taux de chômage et une augmentation de la vulnérabilité des chômeurs qui ne trouveront pas d’emploi faute de postes vacants”Raisons du chercheur.

En réponse à une question de franceinfo, Ian Brusatte, porte-parole du Parti communiste français, a expliqué l’idée de Fabien Roussel : “Le système est très défavorable aux ouvriers. Nous disons que l’ambition de la gauche ne doit pas être seulement un traitement social du chômage. Elle doit être l’élimination du chômage.”

Le 12 septembre, sur Radio Sud, l’ancien candidat à la présidentielle estimait également que “Les gouvernements de droite-droite (…) ont nui aux affaires en créant une société avec beaucoup de contrats à durée déterminée, et d’instabilité”génération “Une armée de chômeurs, comme disait Karl Marx, qui permet de mettre la pression sur les ouvriers.”“.

Sur ce dernier point, le secrétaire national du Parti communiste français rejoint les conclusions d’une note publiée en 2015 par le Conseil d’analyse économique (CAE). écrit que les caractéristiques L’assurance-chômage favorise le développement des emplois précairesLes entreprises ne sont pas encouragées “Pour tenir compte du coût qu’ils facturent aux comptes d’assurance-chômage lorsqu’ils utilisent des contrats très courts.”

Ian Brusatte tient également à rappeler que PCF est “Il est clair qu’il est contre la réduction des allocations de chômage.” en précisant que “le système [des allocations] C’est censé être temporaire.”fête de souhaits “La lutte pour une société sans chômage”. Dans une tribune publiée le 13 septembre dans le scientifiqueFabian Russell confirme qu’il sera du côté du staff Pour dénoncer toutes les attaques gouvernementales à leur encontre, En tant que tel Réforme de l’assurance-chômage. dirigé par le pouvoir exécutif.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post “Je m’en fous”: le choix radical de Florence Foresti dans sa carrière
Next post Deux mauvaises nouvelles avant Rennes, Tudor a été stoppé par la LFP, Bakambu est arrivé en Grèce… 3 nouvelles de l’OM pour ce jeudi !